filyb.info carnet web de florian birée

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 26 février 2013

Mettre en place une passerrelle WAP

Une passerelle WAP ? Mais pourquoi faire ?

Quand on n’a comme tout téléphone portable qu’un vieux machin de 2004 (qui a donc 9 ans), et que celui-ci savait déjà faire du WAP, on essaye d’en profiter ! Le but est donc d’obtenir un bout de semblant de connexion avec internet. Et rajoutons deux contraintes : on parle de WAP 1.1, une espèce chimère du web, rien avoir avec le WAP récent, qui lui est quasi du vrai web ; et on passe par l’opérateur mobile Free.

Car oui, Free est sympa et pas cher, il propose de l’internet avec son téléphone. Mais bon, Free est moderne, il file de la 3G, et du GPRS (la 2G, qui existait déjà du temps du WAP 1.1). Mais en WAP 1.1, il ne suffit pas d’avoir accès au réseau Internet. Le téléphone avait besoin d’une paserelle (dont on lui donne l’IP), à qui il filait ses requête dans le protocole WAP, et qui elle faisait des requêtes HTTP bien comme il faut sur l’Internet des gens normaux (et bon, il fallait que les pages soient dans un faux HTML, le WML). Et chez Free, pas de paserrelle ! Achetez un téléphone intelligent, et pis voilà.

Qu’à cela ne tienne, faisons-le nous-même ! C’est d’ailleurs une excellente idée dans tous les cas, car vu que la paserrelle est un intermédiaire incontournable, même en mode sécurisé, il vaut mieux avoir confiance en elle (c’est d’ailleurs une absurdité de conception : en sécurité informatique, on parle d’attaque man-in-the-middle…)

Pour cela, il nous faut un serveur (ici sous Debian) avec une IP fixe, et y installer Kannel, une passerelle libre. On ouvre dans le parefeu les ports UDP 9200 et 9201, et c’est bon, on peut essayer ! Configuration du profile WAP :

Support : GPRS
Utilisateur : free
Mot de passe : free
APN : free
IP : ip-du-serveur

Et on peut tester (google.fr est dispo en WML) ! Génial, n’est-ce pas ?

Reste un détail, pour l’instant la connexion n’est pas sécurisée. Pour rajouter la couche WTLS (le TLS du WAP), il faut une version récente de Kannel (>1.4, dans Debian, il faut prendre le paquet de unstable).

On configure alors les certifats (configuration de WTLS, générer des certificats), on ouvre les ports UDP 9202 et 9203, et on configure le portable pour utilise du WAP sécurisé : ça marche !

Reste plus qu’à se configurer une page d’accueil en WML aux petits oignons, et d’installer un MIR pour lire ses mails !

vendredi 26 octobre 2012

Lectures du matin

vendredi 14 septembre 2012

Le rezo du matin

dimanche 2 septembre 2012

Dans une France socialiste…

On expulse :

dimanche 1 juillet 2012

Les lectures du week-end

lundi 25 juin 2012

Lecture au café

mercredi 30 mai 2012

Petite revue de presse, de gôche, et du mercredi

  • Adespotes, nouvelles ordinaires de la crise grecque, où l’on voit le vrai visage du capitalisme et de l’impérialisme au quotidien ;
  • Le travail en poussière, épisode 1, et 2, articles de Fakir sur le visage caché du capitalisme, celui qui nous côtoie et que l’on ne voit pas (ou refuse de voir)… avec en prime la petite question sournoise : grâce à qui tout cela est arrivé ?

samedi 26 mai 2012

En buvant mon café

Les lectures en provenance de rezo.net du matin :

Et pour lire tout ça, Enjoy Reading, c’est l’extension Firefox qu’il vous faut !

lundi 9 janvier 2012

De la révolution du langage (propositions)

Travaux issus d’une réflexion commune le 1er janvier 2012, ayant regroupée autour d’une table Luc, Émilie, Andrée, Jeanne et Nicephore.

Propositions de modifications de notre pratique de la langue :

  • Remplacer du coup (tic de langage appauvrissant la structure de la langue par son uniformisation des enchaînements propositionnels) par une autre partie de l’anatomie (variant suivant la nuance).

    Exemples : de la clavicule (implication logique forte), du genou (mou), du pied, etc.

  • Remplacer optimal par à la petite femelle.
  • Ponctuer les phrases des autres par des onomatopées :
    • beuh pour un mot moche ;
    • bolong pour un adverbe ;
    • diling pour joli mot ;
    • miam
  • Invergenration : on parle des hommes au féminin et des femmes au masculin (+ prénoms invergenrés ?)
  • Les barbarismes, c’est cool (les néologismes, c’est pédant).
  • Remplacer Poutrer par Madrier (oui, le verbe).
  • Remplacer chouette et autres trop bien ou génial par hibou. (Proposition : varier les nuances avec d’autres oiseaux, colibri, vautour, pigeon, etc.)

mardi 20 décembre 2011

En vrac (technique)

Les dernières nouvelles, en direct de la régie (on voit le technicien, casque sur les oreilles, mur d’écran derrière lui, qui prend le micro) :

  • la documentation du serveur a fait peau neuve, annonce-t-il, que ce soit pour les utilisateurs, ou côté admin ;
  • la forge a elle aussi changée. Existe les lourdeurs de Trac, voici maintenant le petit nouveau RstForge qui s’occupe d’afficher de jolies pages web, et de faire le lien entre les dépôts et les bugs, désormais gérés par Ditz ;
  • et sous le capot aussi, les choses bougent ! Après le remplacement du serveur web Apache par Nginx, désormais les processus web sont gérés par supervisord, parfois aidé de son pote Green Unicorn (oui, une cousine de la licorne rose invisible, tout à fait) ;
  • et enfin, ce jour est la naissance officielle de la version 0.1 de iCalFilter un couteau suisse en ligne de commande pour les fichiers iCalendar, et dont vous saurez tout en lisant la dépêche sur LinuxFr !

lundi 12 septembre 2011

En vrac, randos et interview

Quelques nouvelles, en vrac :

lundi 11 avril 2011

Terriens Cherchent Futur, mon second roman

Il est là, il vient de sortir, mon second bouquin : Terriens Cherchent Futur.

Couverture de Terriens Cherchent Futur

On se presse à l’entrée du cabaret. Le clou de la soirée : une aléatrice des formes et des sons ; le spectacle promet d’être grandiose ! Une évasion dans un univers onirique, où l’on perd toute sensation de la réalité, où l’on est pleinement immergé dans des limbes d’illusions… Tout ceux qui en ont les moyens s’approchent du guichet, prennent un ticket, et vont s’asseoir dans la salle.

Tant pis pour ceux qui resteront dehors, trop miséreux pour de tels luxes, tout ceux qui survivent de petits boulots dans les recoins des villes. Ce soir, ils écouteront la radio discourant sur la misère du monde, pour leur expliquer qu’ils iront de nouveau travailler demain matin, et qu’ils devraient se satisfaire de leur situation. Ou alors ils éteindront le poste et rêveront à la vie qu’ils ont envie de construire…

Après tout, c’est eux que l’artiste retrouve quand le cabaret ferme.

Ce roman d’anticipation est publié aux Éditions Zythum, où vous pouvez le commander. Il est aussi possible de le lire en ligne, ou de le télécharger, gratuitement.

Et une fois le livre lu, si vous en voulez encore, trois nouvelles complètent le bouquin : 2089 – Lilith.

mardi 15 février 2011

Ghost in the xkcd

Admin Mourning

Admin Mourning

Strip xkcd, CC-BY-NC 2.5

Je me sens réellement frustré de ne pas pouvoir faire partager ce genre d’xkcd sans avoir à expliquer avant à tout le monde ce qu’est un screen, un uptime… et encore faut-il que les gens connaissent Ghost in the shell

Sérieusement, il y a combien de gens au monde qui ont compris toutes les références de ce strip ?

C’est flipant de se compter parmi eux…

…à moins que je n’ai pas tout compris.

mardi 8 février 2011

Comment inclure du code source dans un document Latex, le tout en utf-8 ?

Si vous avez déjà essayé récemment de réaliser un document traitant d’informatique en LaTeX, vous vous êtes sûrement arraché les cheveux à cause du paquet listings. Celui-ci refuse non seulement d’inclure et de colorier du code contenant des caractères utf-8, mais en plus il refuse d’être utilisé au sein d’un document lui-même en utf-8. Damned!

Deux possibilité s’offrent alors à l’auteur exigeant (exigeant, donc pour qui utiliser LibreOffice n’est pas une option). La première, abandonner les jeux de caractères modernes, et revenir en ces temps anglo-centriques où un caractère était synonyme d’un octet, et utiliser la notation diacritique de LaTeX, qui non-seulement oblige à maltraiter ses poignets, et ne permet pas de profiter des belles polices de caractères unicode modernes (sans compte que modifier un texte déjà en utf-8, quelle galère…). Et ne parlons pas de jeux de caractères étendus… non, n’en parlons pas.

Refusons l’archaïsme en LaTeX, utilisons l’utf-8 ! C’est alors que l’excellent Pygments vole à notre secours. Ce module Python propose de la coloration syntaxique pour de nombreux langages, est accessible en ligne de commande d’un simple pygmentize, et propose… un export LaTeX ! (Dans le système d’exploitation universel, c’est le paquet python-pygments.)

La seule contrainte : les fichiers de code doivent être dans un fichier distinct de votre fichier principal. Si vous avez un exemple de code dans le langage C, mettons exemple.c, vous pouvez le convertir en LaTeX par la commande suivante :

$ pygmentize -f latex -P encoding=utf8 -o exemple.tex exemple.c

Pygments a toutefois besoin d’inclure quelques paquets et de définir ses propres macros. Pour obtenir ces définitions, il faut lancer la commande :

$ pygmentize -f latex -P encoding=utf8 -O full -o exemple-full.tex exemple.c

qui elle donnera un document LaTeX complet. Il suffit de copier le préambule de ce fichier, soit directement dans le préambule de notre document, soit en l’incluant. Ensuite, il nous reste juste à inclure les fichiers de code (sans préambule, donc convertis sans le -O full) à l’aide d’un :

\include{exemple}

L’obligation de convertir les fichiers de code étant plutôt contraignante, il est possible d’automatiser cela à l’aide d’un fichier Makefile, et de règles génériques. Suposons que nous regroupons tous les fichiers de code source du langage C dans un répertoire source-c. Voici (un bout de) notre Makefile :

# règles de dépendance des fichiers de code c
SAMPLE_C=$(wildcard source-c/*.c)
SAMPLE_C_TEX=$(SAMPLE_C:.c=.tex

# règles de production des fichiers tex à partir des fichiers c
source-c/%.tex: source-c/%.c
pygmentize -f latex -P encoding=utf8 -o $@ $<

# règle de production du document pdf
document.pdf: document.tex $(SAMPLE_C_TEX)
pdflatex document.tex

Une fois le Makefile prêt et les macros nécessaires dans le prélude, l’insertion d’un bout de code se fait simplement :

  1. on crée un fichier source-c/foo.c contenant le code C à inclure dans le document ;
  2. on ajoute dans le document un \include{source-c/foo} au bon endroit ;
  3. on complie avec $ make.

Et voilà ! Encore une victoire pour {Python, LaTeX} !

vendredi 19 novembre 2010

Zone d'œuf

La colleuse ou le colleur d'autocollant (néerlandais ?) avait-elle/il conscience de son jeu de mot ?

samedi 13 novembre 2010

The power factory (like animals)

samedi 30 octobre 2010

Sous les fleurs, les pavés

vendredi 15 octobre 2010

SFR Swallow : passerelle mails vers SMS

Pour les besoins de la lutte en cours contre la réforme des retraites, on vient de coder un petit script utile : il permet d'envoyer des SMS depuis un ordinateur, en passant par l'interface web de SFR (très efficace couplé avec un forfait SMS illimité).

Nommé SFR Swallow, le script peut s'utiliser en ligne de commande :

$ sfrswallow 06numéro "Thank you for all the fish"

et mieux encore, il peut être utilisé couplé avec Postfix pour faire une passerelle e-mail vers SMS. Ainsi, il suffit d'envoyer un e-mail à une adresse du style 0642424242@sms.example.org pour envoyer par SMS le contenu du mail. Vu que c'est quand même lié à un forfait particulier, un système d'authentification (les mails doivent être signés avec une clef OpenPGP connue) est inclus.

Le code est disponible, la documentation est incluse avec.

jeudi 30 septembre 2010

Canal by night

lundi 27 septembre 2010

hinstall : gérer ses paquets à la maison

Fermez les yeux, et imaginez que vous utilisez un ordinateur Unix sur lequel vous n'êtes pas root (ça va, vous lisez toujours ?)

Pour autant, pas question de se contenter du maigre choix de logiciels que ce root a bien daigné installer sur la machine (notamment, pas question d'utiliser les usines à gaz qui y font office d'environnement de bureau). Heureusement, sous Unix, il est toujours possible de compiler et d'installer ses propres programmes chez soi, dans son home. Et ce d'autant plus facilement que les programmes en questions sont léger, et ont peu de dépendances, bref, qu'ils sont moins craignos que les autres.

Pour commencer, préparons le terrain. Nous utiliserons, comme le recommande FreeDesktop, un répertoire ~/.local comme préfixe. C'est à dire qu'à l'intérieur se retrouvera la hiérarchie Unix standard des programmes que nous allons installer (par exemple ~/.local/bin, ~/.local/lib, etc).

Afin de pouvoir utiliser les programmes installés dans un tel endroit, il va probablement être nécessaire d'amender le script de lancement de votre shell préféré, par exemple ~/.bashrc pour Bash, et y définir les variables :

export PATH="$PATH:$HOME/.local/bin"
export LD_LIBRARY_PATH="$LD_LIBRARY_PATH:$HOME/.local/lib"

Bien. Passons aux choses sérieuses. Le script hinstall (licence WTFPL version 2), que vous pouvez directement placer dans votre ~/.local/bin, permet de gérer la configuration, la compilation et l'installation dans votre home d'un certain nombre de programes pas trop exotiques.

Il suffit de récupérer le code source du programme en question (par exemple, dmenu), puis de l'installer par un simple :

$ hinstall dmenu-4.1.1.tar.gz

hinstall déplacera l'archive dans ~/.local/src, l'extrayera, configurera le logiciel (soit par un ./configure ..., soit en éditant un config.mk), le compilera, et l'installera. Actuellement, les autoconf/autotools sont gérés, les Makefiles simples devraient fonctionner, et les setup.py sont reconnus.

Par contre, pas de gestion des dépendances : si au cours de la compilation une erreur se produit, le script s'arrête, et c'est à vous de trouver la dépendance à installer... avec hinstall.

hinstall permet aussi (dans la mesure où c'est prévu par les développeurs du logiciel en question) de désinstaller des programmes. Voir hinstall --help pour plus d'informations sur l'utilisation de hinstall.

Enjoy!

- page 1 de 724